• J'ouvris mes yeux, dérangée par un insistant bruit de gouttes s'éclatant sur du fer. Le soleil était éblouissant mais je ne mis pas beaucoup de temps à m'y habituer, je réfléchie ensuite de la raison pour laquelle j'étais sur un banc en pleine ville mais je n'eut aucun souvenirs. Je décida de me lever pour ne pas attirer l'attention sur moi et je marcha sans savoir où.. Je n'avais aucun souvenirs, c'est étrange mais je n'avais aucune sensation de panique ou de peur, j'étais... calme. Mes pas me conduisit devant un immeuble abîmé par le temps, je rentra à l'intérieur et une femme brune d'une trentaine d'années vînt m’accueillir, surement la propriétaire.

    "Je peux t'aider, tu es perdue ? me dit-elle avec un sourire rassurant.

    -Je pense être amnésique, pouvez-vous me louer un appartement le temps que je recouvre la mémoire ? répondis-je d'un air plus que normal.

    -Et bien, et bien... Te serai-tu cognée la tête ? renchérit-elle inquiète. 

    -Je ne pense pas Madame."

    Elle finit par soupirer et par me sourire anxieusement. Elle me montra un petit logement meublée, dégradé par l'humidité mais propre. Elle me baissa le prix du loyer en échange de petit boulot que je ferais pour elle et elle me donna une adresse où je pourrai travailler à mi-temps. Cette personne était très gentille, elle m'avait même invité à manger chez elle ce soir ainsi que toute les fois où je ne pourrais pas me nourrir. Donc à la suite je discuta un peu avec elle, et je m'éclipsa pour aller à l'adresse de mon futur travaille à mi-temps. Quand j'arriva en face, je fus un peu surprise de savoir qu'ils manquaient de personnel, la boutique était très mignonne et bien rangée. Je pus faire la connaissance de la gérante et elle ce montra très gentille ainsi elle m'accepta pour une semaine d'essaie de 14h à 18h tous les jours sauf le vendredi et le samedi ou je devrais faire des heures supplémentaires imprécises. Ces choses fait, je me promena en ville essayant de me souvenir d'un moindre détails mais malheureusement dans cette ville tout mettais inconnue. Je fit demi-tour pour retourner chez "moi" mais ne connaissant pas la ville et m'étant enfoncé sans savoir où j'allais.. J'étais perdue. J'essaya de refaire le même chemin en contre-sens mais je finie par me perdre encore plus, découragée je marchais tête baissé ne regardant pas devant je me cogna contre un garçon et je tomba en arrière.

    "Tu ne peux pas faire attention ?! me cria-t-il.

    -Pardon, je ne regardais pas où j'allais. m’excusais-je en relevant la tête vers lui.

    -Hum.. soupira-t-il.

    -Si ça ne vous dérange pas, vous pourriez m'indiquer où se trouve un immeuble abîmé qui a pour propriétaire une femme brune d'une trentaine d'années ? 

    -Hey, tu te rends compte de ce que tu me demandes ? Cette ville est remplie d'immeuble abîmé et je ne suis pas censé connaître toute les propriétaires. Et puis relève toi !

    -Oui. répondis-je en me relevant."

    Le garçon eut un long soupire et repris la parole.

    "Tu n'as pas plus de détails ?

    -...Il y avait une pancarte "Aoi Yuri"

    -Tu ne pouvais pas dire ça plus tôt ? souffla-t-il. Suis-moi."

    Il n'attendis pas ma réponse et il commença à marcher sans m'attendre, je trottina pour le rattraper et marcha à ses côtés, cette personne était vraiment grande ou c'était moi qui était petite ? Non, c'était lui qui était grand. Peu de temps après nous arrivâmes enfin à l'entrée, le garçon rentra à l'intérieur alors je le suivit.

    "Oba-chan je te ramène une locataire perdue.

    -Oh, donc elle était avec toi, je commençais à m'inquiéter. sourit-elle.

    -Pardon, je m'étais perdue.. répétais-je.

    -Je l'ais déjà dit, tu sais ?!

    -Akihiro soit plus gentils avec elle.. Au fait ton lycée n'es pas très loin d'ici, je me trompe ?

    -Non, tu as raison. dit-il en levant un sourcil.

    -C'est parfait ! Comme ça tu pourras y aller. me dit-elle en se tournant vers moi.

    -Attends, attends.. Tu veux dire que cette gamine est lycéenne ? fit-il apparemment surpris.

    -Je ne suis pas une gamine.. répondis-je légèrement vexée."

    Même si je ne me souvenais pas de moi, j'avais quelque vague souvenirs de mes révisons et je pense que celle-ci était au niveau de lycée. J'en avais parlé à la propriétaire avant de partir.

    "Tu pourras l'accompagné s'inscrire ? reprit-elle en se retenant de rire.

    -Pourquoi ? Elle n'a pas ses parents pour s'en occu..

    -Non. coupais-je."

    Il me regarda un peu surpris, il détourna son regard de moi et il finit par lâcher un "Je viendrai te cherchais demain de bonne heure, sois prête." Ensuite il partit sans rien dire d'autre. La propriétaire m'expliqua que Akihiro n'était pas un mauvais garçon, qu'il était juste un peu rebelle. Elle me fit faire quelque tâche ménagère et puis je mangea chez elle le soir même. Nous discutâmes jusqu'à tard dans la nuit, j'appris que la propriétaire s'appelait Okuni et que son mari travaillait en France. Tandis que moi je ne pouvais rien lui raconter, sauf ma journée assez agitée. Avant de partir je la remercia et je retourna chez moi, je me trouvais un étage plus haut qu'elle. Arrivés chez moi je sortie un futon d'un placard, j'enfila un pyjama que Okuni-san m'avait prêté et je me coucha. 

    J'ouvris les yeux, tout était noir. Je me frotta les yeux, quand je les rouvris, je courrais et j'enroula mon corps autour d'un enfant. Un grand klaxon retentit, du sang gicla et des cris se firent entendre. 

    Je me réveilla en sursaut, j'étais trempe de sueur et ma respiration était rapide. Qu'est-ce que c'était ? Des souvenirs ? On frappa à la porte, je me leva et alla ouvrir. 

    "Bonjour, bien dormi ? me demanda Okuni en me souriant.

    -....Oui et vous ? mentais-je.

    -Et bien ma foi, comme d'habitude. Je t'ais apporté des affaires pour aujourd'hui.

    -Merci beaucoup.

    -Ne me remercie pas voyons ! sourit-elle. Bon je te laisse te préparer."

    Elle partit en refermant la porte. Je me dirigea vers la salle de bain, je déboutonna ma chemise de nuit et entra à l'intérieur de la douche. J'en profita pour me laver les cheveux, en passant ils étaient vraiment longs.. Quand je sortis de la douche, mes yeux s'écartèrent et je ne pus décoller mon regard du miroir. Mon dos était recouvert d'une cicatrice, avait-elle un rapport avec mon cauchemar ? J'enroula une serviette autour de moi et préféra ne pas penser à ça pour l'instant. Je m'habilla et je rejoignis Okuni devant chez elle. Elle attendit ensuite avec moi que Akihiro arrive, elle en profita aussi pour me faire une tresse qu'elle me positionna sur mon épaule gauche. Akihiro arriva quelques minutes après.

    "Bon, avant d'y aller il y a plusieurs choses à mettre au clair. Il faudra que tu te présente, ton nom et ton prénom. Ensuite pour l'autorisation de tes par.. d'un tuteur, oba-chan fera l'affaire si elle est d'accord ?

    -Il n'y a pas de soucis pour moi mais.. dit-elle en tournant le regard vers moi."

    Je regarda le sol, je ne me souvenais toujours pas de mon prénom et de mon nom encore moins. Okuni préféra tout expliquait à Akihiro, il me regarda d'un air insistant et finis par soupirer.

    "Tu t'impliques toujours dans des histoires compliqués, oba-chan. soupira-t-il. Et comment tu comptes qu'elle s'inscrive alors qu'elle n'a aucune information sur elle ?

    -Et bien.. On n'as qu'à dire que c'est une de mes cousines éloignés et qu'elle a eut des problèmes donc je m'en occupe ?

    -Et pour son prénom ? répliqua-t-il en fronçant les sourcils.

    -Vous trouverez bien en faisant le chemin ensemble! Allez dépêchez-vous, vous allez finir par être en retard. dit-elle."

    Elle nous poussa jusqu'à la sortie et elle me glissa un bonne chance et une petite tape dans le dos. Je lui fit signe de la main pour lui dire au revoir et je repris ma marche. J'avait beau réfléchir à un prénom, je n'avais aucune idée duquel choisir. 

    "Aoi ? déclara Akihiro.

    -Comment ? hésitais-je.

    -Po-Pour.. ton surnom... 

    -Aoi... Aoi... J'aime beaucoup ! Merci Akihiro-kun.

    -Pff. Ce n'est rien. A-Aoi-chan... rougit-il."

    Même si Akihiro était franc et dur, il n'était pas si méchant que ça.. En fait il était plutôt gentils. On arriva ensuite devant le lycée, Akihiro me prévenu de bien faire attention de ne pas m'écarter car il y avait du monde et que le lycée était assez grand. Je ne compris pas tout de suite mais dès que le portail s'ouvris et que les élèves rentrèrent à l'intérieur j'agrippa Akihiro par la manche pour ne pas être séparée de lui. J'aurais cru qu'il allait me jeter mais il m'a laissé s'accrochée à lui, il m'as même approché de lui. Quelques secondes plus tard nous étions dans le bureau du directeur, ce dernier fut très coopératif et avec la présence de Akihiro-kun il se montra vraiment courtois. Et je fus accepté, n'oubliant pas mon emploi à mi-temps je négocia pour ne commencer que le lundi suivant. Par la suite Akihiro-kun me raccompagna à l'entrée du lycée et il m'expliqua la route pour rentrer, alors qu'il me parlait une bande de garçon venu nous rejoindre et je fus un peu embarrassée de cette attroupement, depuis mon réveil je n'avais pas eu autant de garçons autour de moi.

     "Tu ne nous avez pas dit Akihiro, alors tu as enfin trouvé quelqu'un... hoqueta ironiquement un garçon.

    -Bande d'idiots ce n'est pas comme ça !! rougit-il.

    -Comment tu t'appelles ? Tu es encore au collège ? l'ignora un autre.

    -Je.. euh.. Je suis lycéenne.. protestai-je les joues rouges.

    -Trop mignonne! Elle est si petite ! 

    -Je.. Je ne suis pas petite.. murmurai-je.

    -Tu devrais partir Aoi-chan, ils risquent de ne pas te lâcher avec ça..

    -D'accord.. Merci pour tout."

    Je commença à partir mais je me retourna et revenue vers lui.

    "...A tout à l'heure ? demandai-je.

    -Hein? Ah.. Oui.. A tout à l'heure."

    Je lui fis signe de la main et je m'éclipsa le laissant avec ces amis. Vers 14h je partis à la boutique pour commencer mon premier jour de travail. J'arriva à l'avance ce qui fit plaisir à la gérante. Mon travaille consistait à vendre ou à conseiller des objets car la boutique était une boutique d'objets anciens. Pour une première journée la gérante me félicita pour mon bon travail et m'offra une bague qui ne se vendait pas. Je lui parla du lycée et on s'arrangea pour changer mes horaires à partir de la semaine prochaine. Je partis ensuite, sur le chemin de retour je rencontra un petit garçon et je me souvenus de mon rêve. C'est vrai.. Qu'est-ce que ça pouvait bien signifier, j'avais une idée en tête mais je ne préféré pas y penser. Quelques minutes après j'étais arrivée, quand je rentra à l'intérieur de l'immeuble Okuni-san m'accueillit en fredonnant, elle avait l'air d'être heureuse.

    "Quelque chose de bien s'est passé ? l'interrogeais-je

    -Je suis contente que tu me demandes ! Sache-que la semaine prochaine mon mari revient au Japon !

    -Oh, tu dois être vraiment heureuse alors..

    -Oui ! affirma-t-elle"

    Okuni-san avait l'air d'avoir 20 ans en étant de si bonne humeur. Un peu plus tard Akihiro-kun arriva accompagné d'un garçon de la bande qui m'avait parlé plus tôt. C'était celui qui avait parlé en premier, il était moins grand que Akihiro-kun, les yeux vert et ses cheveux était brun clairs plutôt longs. Je le salua et il se présenta à moi comme étant le meilleur ami de Akihiro, il était assez amusant avec sa façon de parler et de sourire. Donc ont s'installa chez Okuni-san pour que je puisse rattraper les cours que j'avais raté depuis le début de l'année, Akihiro-kun était plutôt sérieux en ce qui concerné les études. Mais son copain beaucoup moins dès qu'il avait l'occasion il faisait une bêtise alors à chaque fois il se faisait réprimander le sourire au lèvres. Un bon moment après il faisait nuit noir et les garçons se préparent pour partir, Okuni-san leur proposa de rester dormir et le copain de Akihiro-kun était partant mais Akihiro-kun ne voulait pas inquiéter ces parents. Finalement Okuni-san le convaincu.

    "C'est juste parce que c'est toi, hein?! déclara Akihiro-kun.

    -Oui, oui. répondit Okuni-san.

    -Aoi-chan, tu dors ici aussi ? me demanda le copain d'Akihiro-kun.

    -Oui, j'ai un appartement ici Monsieur le meilleur ami de Akihiro.

    -Tu as encore oublié ? C'est Kogei ! répliqua-t-il.

    -Pardon..."

    Kogei-kun rigola tout seul puis Okuni-san le rejoignis de bon cœur. Qu'est-ce qui leurs prenaient d'un coup, je les regarda bizarrement et puis leur rigolade passa petit à petit. Je leur demandais ce qu'il y avait demarrant mais ils me répondirent que je ne pouvais pas comprendre donc je laissa tomber. Un peu plus tard nous étions à table, en train de manger. Akihiro-kun et Kogei-kun se disputaient un morceau de pain depuis 5 minutes puis d'un coup Akihiro-kun l'amena entièrement à sa bouche et sourit fière de lui. 

    "Hey ! Idiot rends-le moi !

    -Tu le veux vraiment ? articula Akihiro-kun la bouche pleine."

    Kogei attrapa les joues d'Akihiro-kun et les tira fort jusqu'à ce qu'il fasse une tête bizarre, c'était tellement marrant que j'éclata de rire, ils se retournèrent tous pour me fixer. Mais je n'arrivais pas à m'arrêter de rire. Je finissais de rire en essuyant le coin de mes yeux devenus humides. Okuni-san sourit.

    "Et bien, et bien ça doit être la première fois que je te vois rire ainsi depuis ton arrivée. dit-elle.

    -Hein? Ah.. Oui, surement... répondis-je légèrement surprise."

    Elle n'avait pas tord jusqu'à là je n'avais jamais esquissé un sourire ou rigoler. Cela faisait du bien de se libérer d'un coup. La fin de la soirée se passa bien et j'eus d'autre fou rires grâce au bêtise de Kogei-kun et parfois à cause du mauvais caractère d'Akihiro-kun. Nous allâmes enfin tous nous coucher. Après avoir dit bonne nuit à tout le monde je monta jusqu'à chez moi et m'endormis sur mon futon sans prendre le temps de me changer. La semaine passa et enfin arriva le jour de mon arrivé au lycée. J'étais un peu anxieuse mais Kogei-kun me rassura et Akihiro-kun m'expliqua que grâce à tout le travail que j'avais récupérer je pourrait surement comprendre un minimum de choses. Quand on arriva le même scénario se passa qu'à ma première visite, une horde de lycées rentrèrent en même temps et ce fut la pagaille. Akihiro-kun pris ma main pour ne pas que je me perde et on avança, je me fis bousculer, je ne sais pas pourquoi mais à ce moment-là je m'arrêta nette et serra la main d'Akihiro-kun avec mes deux mains. Sans comprendre pourquoi il m'attira vers lui, il me sourit et m'ébouriffa les cheveux, je sentie mes joues rougirent et le regarda droit dans les yeux. Il souriait comme un enfant, je lui rendus son sourire et on recommença à avancer. Ma première journée se passa très bien, tout le monde étaient gentils même les professeurs. Je pense que malheureusement je suis petite parce que personne n'avait ma taille, ils trouvaient tous ça "mignon". Je ne pense pas que ça le soit tant que ça mais bon.. A la fin des cours je me dépêcha de partir pour rejoindre la boutique à laquelle je travaillais, finalement je pense que je me faisais petit à petit à vivre ici. Tout se passa bien comme d'habitude et je rentra chez moi tranquillement. La semaine passa ainsi je me fis des amies et j'en appris plus sur Akihiro-kun, j'avais l'impression de devenir quelqu'un ou plutôt c'est comme si j'avais déjà vécu tout ça, que ce n'était pas une première fois. Nous étions maintenant vendredi et j'avais finis un peu plus tard que normalement alors je rentra un peu plus rapidement. A mon arrivé je reconnus la voie d'Akihiro-kun provenant de chez Okuni-san alors j'alla frappé à sa porte. Elle me fit rentré le sourire très étendu, je lui demanda ce qu'elle avait et elle me répondu que son mari était de retour et que pour l'occasion, elle avait invité sa soeur et son beau-frère (les parents d'Akihiro en gros u.u). Elle me tira jusqu'au salon et je pus faire la rencontre de tout le monde, j'étais assez gênée mais Okuni-san était si heureuse que je me relaxa. Elle m'expliqua que s'était une surprise et que pour l'instant son mari prenait sa douche. Je dus m'éclipser un petit moment pour aller au toilettes quand je revenus au salon, j'entendais des rires lorsque je rentra on se retourna vers moi et je vis de dos un monsieur. Une vive douleur me pris au dos puis disparut aussi vite qu'elle était apparu. La personne se retourna et me regarda avec des yeux ronds comme surpris, après un cours laps de temps, il finit par articuler.

    "Onee...chan?"


    3 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique